Why women kill

why women kill - saison 01
la maison de Why Women Kill, personnage central de la série

Cette série américaine met en scène 3 couples à trois époques différentes : 1963, 1984 et 2019. Chacun de ces couples va vivre un drame, mais lequel ?

Le jeu des acteurs, le soin apporté aux décors et la finesse du scénario font de cette série de 10 épisodes un exercice de style particulièrement réussi.

Un cas d’école géobiologique

Mais le personnage principal de cette série est la maison : témoin des actes de ses occupants, elle en est le trait d’union, l’unité de lieu tragique de cette comédie dramatique, la pierre angulaire du scénario.

Car les auteurs, en mettant en scène cette maison, qui change au gré des époques et de ses habitants, reste un témoin immuable et silencieux de leurs actes.

Nous avons ici une parfaite illustration de la notion de « mémoire des murs », selon laquelle l’empreinte de ceux qui ont vécu à un endroit s’inscrit dans le matériel et devient plus ou moins consciemment perceptible par ceux qui vont y habiter.

Ainsi, une résonance se crée entre les évènements passés et le présent : ce phénomène a déjà été étudié par de nombreux chercheurs, confirmant la présence d’une histoire à répétition dans les lieux chargés de mémoires négatives.

Quand les couples se déchirent et se séparent dans la même maison, ils laissent aux suivants une ambiance qui a de fortes chances d’influencer leur quotidien, et ainsi de suite… et ainsi, quand la maison a été le lieu d’un crime, la question interpelle immédiatement :

quelqu'un a été tué dans cette maison ?

D’autant plus quand il s’agit d’une mention qui doit être faite par l’agent immobilier ! (1)

« Before we go any longer, state laws compel me disclose that a murder took place here » – CBS All Access Originals (2)


(1). Voir sur ce sujet notre article : Immobilier : emménager, construire, vendre : nos conseils

(2) Traduction : « Avant d’aller plus loin, les lois de l’État m’obligent à divulguer qu’un meurtre a eu lieu ici »