Les orbes, réalité énergétique

En réalisant les audits énergétiques de maisons, nous recevons de plus en plus fréquemment des photographies sur lesquelles apparaissent des formes circulaires ou sphériques.

Nous pourrions croire que ce sont des anomalies optiques, dues à la présence de poussières sur l’objectif, ou des phénomènes de diffraction lumineuse obtenus par l’utilisation du flash dans des conditions particulières d’ambiance lumineuse.

C’est en tous cas ce que les fabricants d’APN (appareils photos numériques) ont dû penser quand ils ont vu ces taches lumineuses apparaître de façon aléatoire…

Ils ont alors certainement cherché les techniques les plus fiables pour réduire ce genre d’anomalies, craignant que leurs clients les prennent pour des défauts mettant en cause la qualité de leurs appareils.

Aujourd’hui, l’augmentation du nombre de témoignages photographiques que nous recevons nous met en face d’une autre réalité : la technologie numérique nous donne accès à une vision nouvelle des mondes invisibles qui nous entourent.

Comment reconnaître un orbe d’une poussière sur l’objectif ?

C’est très facile : un objectif sale est à l’origine de points flous sur une photo, qui sont situés au même endroit sur deux photos prises consécutivement.

Lorsqu’il s’agit d’une poussière, l’émission du flash de l’appareil photo va créer une forme lenticulaire qui est toujours sensiblement la même, dont les déplacements sur plusieurs photos sont définis par les mouvements d’air et qui ne vont pas apparaître sur tous les clichés. Il existe des études disponibles sur Internet qui prouvent de façon très cartésienne que les orbes ne sont rien d’autre que des artefacts lumineux en relation avec les grains de poussière et la structure des lentilles de l’objectif.

Si ces études prouvent bien que les poussières peuvent générer des effets de type « orbe », elles simplifient un peu la question en mettant tous les phénomènes lumineux dans le même sac.

Sur cette prise de vue, les sphères ressemblent à des orbes, mais sont plutôt des phénomènes de diffraction lumineuse à travers les lentilles de l’objectif  –  ce qui ne veut pas dire non plus qu’aucune autre énergie ou esprit de la Nature ne soit présent sur les clichés. Forêt de Nebias, photo Anne D.

Un orbe possède effectivement une forme ronde caractéristique avec un effet « 3D » rappelant l’image d’une cellule vue au microscope : un contour dentelé et un cercle intérieur qui peuvent entraîner la confusion chez les observateurs.

En revanche, la présence assez fréquente de motifs géométriques plus ou moins réguliers en son centre, les formes particulières des orbes (comme par exemple les orbes fibro-radiés), et le contexte de leur apparition nous permettent de les distinguer des simples poussières..

Lorsque les orbes sont visibles en pleine journée, dans certaines conditions de luminosité et de position par rapport au soleil, en utilisant exclusivement des filtres polarisants et qu’ils restent statiques à quelques secondes d’intervalle, il y a de fortes chances pour que ce ne soient pas des phénomènes énergétiques, mais des aberrations optiques dont l’existence va rassurer tous ceux qui refusent la notion de manifestation paranormale…

Les « vrais » orbes ne sont pas des grains de poussière en suspension dans l’air ou des taches sur l’objectif photo : ils se déplacent de façon erratique, le déplacement de ces formes est visible sur deux photos prises l’une à la suite de l’autre, ou en mode rafale, les mouvements sont aussi clairement visibles sur des vidéos.

De toute manière, les personnes les plus sensibles ont la possibilité de ressentir l’énergie de chacune de ces formes sur une photo, ce qui facilite aussi leur identification !

Le fantôme de l'Opéra ?

Le fantôme de l’Opéra ? Apparition d’un orbe dans la salle

Détail de l'orbe

La photo agrandie révèle un format caractéristique

Entités ou Esprits de la Nature ?

Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de représentations énergétiques, qui sont situées dans l’infra-rouge ou dans l’ultra-violet, et donc au-delà de nos capacités de vision « normale ».

Remercions donc les concepteurs d’APN de nous permettre ces rencontres avec le monde des énergies invisibles, la vue de ces énergies étant aujourd’hui réservée à un nombre restreint d’êtres humains (1) ou d’animaux (2).

Avec quel appareil et comment réaliser de belles photos d’orbes ?

Notre propos n’étant pas de faire de la publicité pour une marque d’APN plus qu’une autre, nous constatons que les modèles les moins sophistiqués permettent parfois de capter ces énergies plus facilement que ceux qui sont équipés de filtres élaborés.(3)

L’utilisation du flash semble être un révélateur de la présence de ces énergies, mais ce n’est pas une condition nécessaire et suffisante.

Les orbes ne se voient pas à l’œil nu, vous aurez donc la surprise de les voir non pas dans votre viseur ou sur l’écran CCD de votre appareil, mais une fois la photo réalisée.

Là non plus, il n’existe pas de règle particulière, même si le fait d’utiliser un flash en conditions de luminosité faible, au lever ou au coucher du soleil crée des conditions favorables.

Il nous semble important de noter que l’intention de la personne qui prend la photo a une incidence sur la probabilité d’apparition d’orbes sur une photo. Ainsi, si vous sortez dans votre jardin à la nuit tombée avec l’espoir de photographier des Esprits de la Nature sous forme d’orbes, vous avez plus de chances d’en trouver que votre voisin !

Orbes dans un jardin -photo réalisée par Christine

Orbes dans un jardin - photo transmise par Christine

Orbes dans un jardin – photos communiquées par Christine

Autres articles sur ce sujet :

1. Les personnes dites « clairvoyantes » ont la vision soit momentanée, soit continue de phénomènes énergétiques qui sont invisibles pour la plupart des observateurs.

2. Les chats ressentent assez facilement les déplacements des entités dans le monde éthérique ou astral. En observant un chat, vous remarquerez qu’il peut lui arriver de fixer un point particulier, puis de suivre un mouvement, alors que tout semble statique.

3. Les photos ont été réalisées par exemple avec les appareils suivants : Panasonic DFC-FS3, Canon IXUS 65, Samsung VLUU ST50…