Le Wi-Fi est-il dangereux ?

Est-ce bien raisonnable ?

Aujourd’hui, la technologie Wi-Fi fait partie de notre quotidien, et est devenue un argument de vente pour les fabricants de matériel électronique, mettant en avant l’absence de fils disgracieux, la simplicité d’emploi, la facilité de communication, etc…

Cet argumentaire commercial s’est étendu aux biens de consommation courante (« avez-vous essayé notre nouvelle brosse à dents Wi-Fi ? ») jusqu’aux voitures (Bluetooth disponible dans les modèles « branchés ») et avions (« restez connectés pendant votre voyage, surfez pendant votre sommeil »), hôtels et fast-foods (« Wi-Fi gratuit et illimité »)…

Les partisans du Wi-Fi et de la connectivité H24 7/7 déclarent que la puissance d’émission est bien plus faible que celle des téléphones portables, et que si c’était dangereux, çela se saurait !

Malheureusement, la particularité d’un système Wi-Fi est effectivement qu’il émet, 24 heures sur 24, des ondes dont la structure est comparable à celles émises par un téléphone portable (ondes pulsées ELF – extrêmement basses fréquences).

Cette émission continue, même à petite dose, est toxique.

 

Pourquoi ?

 

La fréquence des émissions en Wi-Fi se trouve dans le spectre des hautes fréquences :  2 450 Mégahertz (2,45 GHz) et dans la bande des 5 Gigahertz (5 150 Mégahertz  à  5 350 Mégahertz et ensuite 5 470 Mégahertz à 5 725 Mégahertz ).

La fréquence de 2 450 MHz est bien connue, puisqu’elle est celle qui favorise l’agitation des molécules d’eau comme celle des fours micro-ondes 

Quel est à ce sujet le pourcentage d’eau dans nos organismes ?

Près de 60 % pour un adulte, de 75 à 80 % chez un nourrisson.

N’est-ce pas déjà une bonne raison d’appliquer un principe de précaution ?

Les partisans fanatiques du Wi-Fi, comme ceux des téléphones portables, minimisent les risques en expliquant que les effets thermiques ne sont pas les mêmes. C’est oublier les principes de fonctionnement des organismes vivants, dont les cellules interagissent via des échanges chimiques et électriques.

Les effets de l’exposition continue aux ondes pulsées commencent à être bien connus des scientifiques :

  • perte d’étanchéité de la barrière sang-cerveau (barrière hémato-encéphalique ou BHE)
  • perturbation de production de la mélatonine
  • déstabilisation des régulations membranaires
  • dommages génétiques irréversibles

L’exposition continue aux émissions Wi-Fi a aussi des effets sur le comportement des animaux domestiques : l’apparition de troubles du comportement chez des chats (marquage urinaire, griffage, agressivité) vivant à l’intérieur des habitations et correspondant avec la mise en route de la Wi-Fi est devenue un grand classique.

Il suffit de désactiver la Wi-Fi pour retrouver le calme.

Même si vous n’êtes pas sensible aujourd’hui à ces ondes, sachez que certaines personnes sont capables de les ressentir, avec des désagréments immédiats : céphalées, troubles du rythme cardiaque, picotements sur la peau, fatigue, etc…

L’hyper électro sensibilité (EHS), longtemps cataloguée « maladie psychosomatique ou mentale » par facilité, par méconnaissance ou aujourd’hui par cynisme et mauvaise foi, est un réel handicap qui touche de plus en plus de personnes qui ont été ou qui sont exposées aux ondes.

Une fois que vous comprenez que votre santé est attaquée par ce type de technologies, votre vie change radicalement, et votre regard envers les autres aussi.

Pour ces raisons, la technologie à base d’ondes pulsées devrait être totalement bannie de nos habitations, des lieux de travail et définitivement interdite dans les lieux publics accueillant des enfants : bibliothèque, maternelle, écoles, collèges, gymnases…

Il est courant de trouver lors de nos mesures dans des immeubles en zone urbaine des niveaux très élevés de pollution électromagnétique. La principale source de rayonnement est généralement le Wi-Fi, suivi de près par les téléphones sans fil DECT.

Ainsi, un ordinateur fixe ou portable peut capter plus de 10 réseaux Wi-Fi privés aux alentours. Même si le signal de chacun de ces émetteurs est affaibli par les murs épais et les fenêtres à double vitrage de bonne qualité, c’est malgré tout un « bombardement d’ondes nocives » généré par tous les réseaux Wi-Fi des voisins, jour et nuit, nuit et jour !

 

Vos voisins sont-ils informés des effets pervers de cette technologie ?

 

Savent-ils qu’une connexion Wi-Fi est techniquement moins performante qu’une connexion classique par câble en mode filaire ?

  • En Wi-Fi, la bande passante est moins large (le débit Internet est moins bon, et les téléchargements sont plus longs)

  • La confidentialité du réseau Wi-Fi est médiocre (risques de piratage)

    Lieu sans wi fi

  • La stabilité est moins bonne (risques de coupures)

Les informer, c’est agir pour votre santé, mais également pour la leur et pour celle de leurs enfants et de leurs proches.

Sont-ils prêts à vous écouter ?

Un témoignage d’utilisateur

 

Nous sommes intervenus dans une maison où les propriétaires nous avaient fait part de fatigue et de migraines, surtout quand ils utilisaient leur ordinateur, situé à proximité de leur box Internet. La box émettait en Wi-Fi alors qu’une solution de câblage Ethernet (RJ 45) était possible pour relier en filaire le modem, l’ordinateur et le décodeur TV :

« Bonjour Michel,

Un petit mot pour te dire encore merci pour ton travail , c’est bien plus volontiers que je monte à l’étage sur l’ordi, je sens nettement une différence, il y avait une réelle tension , c’était agaçant et je devais quitter rapidement l’ordi car j’étais « vidée »!  Ce qui nous interpelle ,c’est le meilleur fonctionnement de la TV sans Wifi, nous étions souvent en panne, j’y connais pas grand chose mais je pensais au contraire que le Wifi assurait une meilleure réception…. »

Mathilde L., Carpentras, France, 08 2020

Comment faire pour se passer du Wi-Fi

 

Posons-nous d’abord les bonnes questions :

  • Quel intérêt y a t-il à se promener avec un ordinateur portable dans toutes les pièces de la maison, qui justifierait une connexion en Wi-Fi ?
  • Ai-je besoin d’un appareil qui utilise le Wi-Fi ? (par exemple, une brosse à dents électrique Wi-Fi…)
  • Qu’est-ce que cela m’apporte de plus en termes de confort… et de santé ?

Un câblage Ethernet / RJ45 ou USB judicieusement installé est une solution alternative aussi efficace. La distance maximale pour une transmission de qualité en câble informatique blindé est théoriquement de 100 mètres – il est rare d’avoir besoin de couvrir une telle distance…

Aujourd’hui, la grande majorité des modems ADSL ou Fibre actuels sont fournis avec l’option Wi-Fi activée par défaut.  Pour couper cette émission, reportez-vous à la notice du fabricant.

En principe, c’est assez simple.

Par exemple, dans la page d’administration d’Orange, vous pouvez définir des plages d’utilisation du Wi-Fi, en sélectionnant des carrés verts d’activation et rouges de désactivation sur un planning.

Par sécurité, si vous avez ce fournisseur d’accès, je vous conseille de passer tous les carrés en rouge, cela vous évitera d’avoir le Wi-Fi activé à distance par l’opérateur lors d’une maintenance.

Cependant vos préférences risquent d’être effacées en cas de réinitialisation de leur système…

Vous pouvez aussi consulter les dossiers réalisés par l’association Robin des Toits :

Ou bien les pages de l’organisation Next-Up sur Internet.

Parlez-en autour de vous, sur vos lieux de travail… nous avons tous un rôle à jouer dans ce domaine !

Heureusement, il existe aussi des moyens de protection physique et énergétique contre les émissions d’ondes haute fréquence.

Leur coût et leur mise en œuvre dépendent des niveaux de pollution mesurés, des objectifs souhaités et de la configuration des lieux.

Nous sommes prêts à vous aider à connaître les niveaux auxquels vous êtes exposés et à vous conseiller dans ce domaine.

 

 

contact AME : téléphone, email, formulaire sur le site